À l’heure des applications de rencontre chacun peut consommer une relation le temps d’une soirée ou de quelques jours et ghoster sa conquête pour passer à la suivante d’un simple swipe.

Que l’on soit ou non adepte des rencontres sans lendemain, des sexfriends ou autres plans cul, il faut avouer que le comportement de certaines personnes donne parfois à réfléchir tant le respect et l’honnêteté ont l’air d’être devenus secondaires lors de ces échanges.

Et je fais partie de ces personnes, je le reconnais1 sans en être fier. J’essaie de m’améliorer, de corriger mon propre comportement pour ne plus en faire partie, mais ce n’est pas à moi de juger de la réussite de ce changement.

J’utilise des applications de rencontre depuis plus de 10 ans, par intermittence, j’ai ainsi eu des relations longues comme des plus courtes, parfois même d’une seule nuit. Sans porter de jugement sur ces relations (et encore moins sur les personnes) car elle m’ont toutes apporté quelque chose à leur façon, j’essaie d’en sortir des leçons pour construire des relations plus honnêtes et épanouissantes.

Développer une bonne relation avec soi-même

C’est un conseil qui peut paraître assez paradoxal de prime abord, mais pourtant simple à appréhender : avant de développer une relation saine avec quelqu’un d’autre, il faut être capable de gérer sa propre vie sainement.

Votre comportement envers vous-même influencera celui que vous avez envers les autres. À vous donc de faire en sorte de vous traiter positivement si vous voulez inspirer les autres à faire de même. À moins que vous ne vouliez tirer tout le monde vers le bas…

Mieux vaut être seul que mal accompagné
— Inconnu

Cette expression me passe souvent en tête : plutôt que de se forcer à être dans une relation dans laquelle on ne s’épanouit pas, il vaut parfois mieux se retrouver un peu seul pour faire le point et se concentrer sur ce qui nous rend heureux.

Si vous êtes plus heureux avec vos amis que votre moitié, pourquoi sacrifier vos amis pour cette relation probablement vouée à l’échec ?

Trouver la bonne pièce du puzzle

J’ai récemment découvert Daniel Sloss, un comédien écossais, au travers de son spectacle Jigsaw (que je vous invite fortement à regarder, surtout si vous comprenez l’anglais). Il y explique comment il appréhende les relations et la vie en général : comme un puzzle.

Comme il le raconte (ou plutôt, son père lui a expliqué quand il avait 7 ans), notre vie est un puzzle où les différentes pièces sont principalement un mélange de nos besoins de base, nos passions, notre travail. Puis viennent d’autres pièces : nos amis, notre famille… Et vient la pièce centrale : la personne que l’on aime.

On passe donc notre vie à chercher la personne qui remplira le trou au milieu de notre puzzle, à forcer pour que ça rentre. Alors que cette personne n’est pas une seule pièce mais un puzzle tout entier, qu’elle ne peut pas rentrer dans si peu d’espace, et surtout qu’il serait toxique de lui faire abandonner le reste de son puzzle pour le votre.

Donc la pièce qui me complète n’existe pas ?

Et si on voyait plutôt ce puzzle comme une sphère ?

Imaginons que votre vie soit une partie de la sphère, disons environ la moitié, sans une coupure franche (avec des bouts qui manquent et des bouts qui dépassent).

Et si la personne qui vous complète était un autre morceau de la sphère, qui venait compléter votre morceau, de façon à avoir une sphère presque complète ?

Vous avez noté le presque dans cette dernière phrase ? Tant mieux, car c’est là que la nuance est je trouve importante. Ce n’est pas en trouvant une personne que votre vie sera complète comme par magie : il va falloir combler les petits trous qui manquent.

Peut-être s’agit-il d’activités communes, d’amis communs que vous allez connaître après votre rencontre, peut-être s’agit-il d’enfants ou d’un mariage… Il n’y a pas de réponse universelle, chaque relation est unique et ces morceaux ne correspondent pas à tout le monde.

Si vous n’avez pas besoin d’enfant pour être heureux tant mieux, tant que vous êtes sur la même longueur d’onde. Idem pour le mariage. Idem pour tout faire ensemble.

Discuter honnêtement et sans limite

Si vous voulez être sûr d’être sur la même longueur d’onde il va donc falloir communiquer. Je sais, ce n’est pas simple à faire sans y être habitué. Mais ça s’apprend, promis !

Vous pouvez d’ailleurs commencer par prendre des notes pour analyser ce qui vous plaisait ou vous déplaisait dans vos précédentes relations. Ainsi vous saurez plus facilement repérer certains comportements toxiques.

Et vous saurez par la même occasion expliquer ce que vous recherchez, ce qui vous rendrait heureux venant de l’autre.

Pour aller plus loin

J’ai mis un peu de temps à rédiger cet article, car je voulais être sûr de canaliser mon schéma de pensée correctement. Et pendent ce temps ont été publiés quelques vidéos qui se rapporte à ce même sujet, avec une approche différente.

Quelques notes

Comme d’habitude, si vous voulez en discuter avec vos proches, partagez cet article. Et si vous voulez me faire part de vos expériences, des liens vers mes profils Twitter et Instagram sont présents tout en haut de la page.

Notez que cet article n’a, comme tous les autres, pas vocation à donner des solutions miracles, d’autant que je travaille encore moi-même activement sur cet aspect de ma vie. Je souhaitais simplement attirer votre attention sur ce sujet, vous pousser à la réflexion, surtout dans une société où être en couple est une norme alors qu’être heureux ne l’est pas.


  1. Je dois d’ailleurs des excuses à quelques personnes pour ce comportement je pense. Si tu es concernée contacte-moi, je te dois au moins ça.